Lola lit « La femme au miroir »

miroir

la Jeune fille au vent, de Tamara de Lempicka,                                                                peintre polonaise mai 1898-mars 1980.

C’est la couverture du livre de Eric Emmanuel Schmitt, la femme au miroir

3 femmes, 3 époques, 3 destins

D’abord, il y a Anne de Bruges, jeune fille du temps de la Renaissance, qui refuse, contre toute attente, d’épouser le pourtant très convoité Philippe et préfère s’enfuir dans la forêt. Ces élans mystiques la conduisent vers le béguinage.

Puis dans la Vienne de la « Belle Epoque », Hanna l’aristocrate qui, pour comprendre pourquoi son mariage idéal ne la satisfait pas, devient une des premières  disciples de Freud. Cette découverte l’éloigne de Vienne et de son parfait époux.

Enfin Anny Lee, actrice bankable, dans le Los Angeles d’aujourd’hui, qui n’existe que derrière la caméra dans la peau des personnages qu’elle incarne, abuse de l’alcool, des drogues, et multiplie les aventures d’un soir.

On partage la vie de ses 3 femmes qui ont un point commun, elles se sentent différentes et refusent d’être ce que l’on attend d’elles. Elles veulent choisir leur vie et ne dépendre que d’elles-mêmes. Chacune va devoir lutter, se battre pour faire respecter son choix de vie. Le destin de ces 3 femmes est lié, mais chuuuuuuuut, vous apprendrez la nature de ce lien vers la page 400 🙂

Une belle lecture, intéressante, un brin poétique. Les 3 vies sont racontées en parallèle, un chapitre, une femme, ce qui maintient un peu le « suspens ». Moi, j’ai préféré la vie d’Anne de Bruges, l’histoire des béguines et Bruges. Et vous ?

Ci-dessous les photos du beguinage

beguinage

Wikipedia nous explique que les premières traces du mouvement des béguines remontent à la fin du XIIe siècle, à Liège. «Le mouvement des béguines séduit   parce qu’il propose aux femmes d’exister en n’étant ni épouses, ni moniales, affranchies de toute domination masculine», explique Régine Pernoud. En moins de vingt ans, il se répand comme une trainée de poudre, gagne la France, l’Italie, les Pays-Bas, l’Allemagne, la Pologne, la Hongrie. Partout, des femmes se réunissent, recréant une cité dans la cité.                                

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s