Lola lit « Et puis, Paulette… »

Solidarvioc.com, vous connaissez ?!  Guy a pensé « que ce serait intéressant de faire connaître à d’autres leur expérience». Hortense était emballée, elle voulait surfer sur le «oueb». Internet, c’est l’idée de Kim, le petit dernier arrivé à la ferme, enfin pas vraiment, plutôt l’avant-dernier, mais de la dernière, je ne dirai rien.

pauletteTout a commencé quand Ferdinand a vu la toiture de sa voisine Marcelline s’envoler avec le vent. Une idée a germé, bon, ce sont les petits Lulus qui en ont parlé les premiers et finalement Ferdinand après y avoir longuement réfléchi, a trouvé que c’était une excellente idée. Alors il l’a proposée à Marceline et elle a accepté. Et elle a emménagé dès le lendemain à la ferme en attendant que son toit soit réparé.

Bin oui, elle est bien grande et toute vide la ferme de Ferdinand maintenant que son fils Roland a déménagé avec sa femme Mireille et les enfants Ludovic et Lucien (8 et 6 ans). Sa Henriette est morte il y a 6 ans, mais avec Henriette, ce n’était pas le grand amour, alors… Pas comme Guy et Gaby, eux, c’est l’amour avec un grand A. Du coup, depuis que Gaby a été emportée par une mauvaise grippe, Guy fou de désespoir, se laisse aller, ne se lave plus, ne mange plus et reste assis pendant des heures à attendre que le temps passe. Les petits Lulus en sont tout effrayés. Ferdinand est inquiet, il en discute avec Marceline, ils ont la même idée. Ferdinand y réfléchit toute une nuit, et propose à Guy de venir s’installer à la ferme, il accepte et emménage immédiatement. Et bientôt Simone et Hortense, les soeurs lumière, terrorisées par leur neveu pressé de récupérer son héritage, les rejoignent. Mais Hortense est malade, elle a besoin de soins et elle n’est pas commode. C’est donc Muriel, jeune élève infirmière qui s’en chargera contre le logis, le couvert et la blanchisserie. La ferme est bien remplie à présent, et il faut nourrir tout ce petit monde, le potager de Marceline n’y suffit plus, il faut l’agrandir, il faut de l’aide. Alors Ferdinand et Guy font la sortie du lycée agricole et recrute Kim, un jeune garçon sympathique, travailleur et adepte du bio. Il adore l’idée de travailler dans cette grande ferme, surtout qu’il cherche un logement. Et puis, partager l’aile de Muriel, finalement, c’est cool, ils s’entendent si bien tous les deux, d’ailleurs la vie est très agréable ici et les autres habitants, bien que plus tout jeunes sont sympa.

La vie à la ferme, ponctuée par la fraîcheur des petits Lulus et les aventures pleines de fantaisie de Cornélius, Berthe, Mo-je, Chamalonette, s’organise, chacun participe, et tout tourne rond.

Cette colocation intergénérationnelle, on en rêve, l’entraide, la solidarité, le respect, l’écoute, le partage, la transmission des savoirs, de l’expérience, en plus c’est une chouette alternative à la maison de retraite et aux chambres de bonnes de 9m2.

Ce roman est incroyable, dès qu’on entre dans l’histoire de Ferdinand et de ses coloc, on ne peut plus s’arrêter. On s’attache à ses personnages tous blessés par la vie mais qui nous donnent une belle leçon d’optimisme !

Pourtant, je suis passée devant ce livre à la couverture violette plusieurs fois, je l’ai pris, je l’ai ouvert, je l’ai retourné, j’ai lu le résumé sur la quatrième de couverture et puis Barbara Constantine (?!)… mais à chaque fois, je l’ai reposé et j’en ai acheté un autre. Franchement une communauté du troisième âge, je n’étais pas trop intéressée par le sujet et je ne voyais pas comment les clichés et les larmoiements seraient évités.

Je me suis trompée et je m’en suis rendue compte dès les premières phrases. Ce livre, je l’ai lu comme on mange un paquet de biscuit, avec gourmandise 😉

Et puis, Paulette… doit absolument figurer dans la liste des livres à lire.

Allez, je vous invite à faire une petite balade à bicyclette avec la Paulette de Montand…

Ps : Barbara Constantine a plusieurs cordes à son arc. Scripte, elle a collaboré notamment au film ‘Les Poupées russes‘ de Cédric Klapisch. ‘Et puis, Paulette…’ est son quatrième roman après ‘Allumer le chat’, ‘A Mélie, sans mélo’ et ‘Tom, petit Tom, tout petit homme, Tom‘.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s